La Puissance de Un oula Définition du Génie


Marc Deschenaux

Marc Deschenaux

Created on 2016-11-25 22:51

Published on 2016-11-25 23:56


Ceci est le récit d’une histoire vraie, telle qu’elle s’est produite.

A cette époque, Mohamed et moi passions notre temps au Noga Hilton –appelé aujourd’hui Kempinski- de Genève en Suisse. Mohamed était un étudiant paresseux et riche. J’étais alors un trader aisé. Trois soirs -ou plutôt trois nuits- par semaine nous nous rencontrions à la discothèque du Hilton, le Jimmy’s.

Étant tous deux de race arabe et malgré mon ignorance totale de la langue, nous devînmes tous deux amis proches d’un groupe de jeunes Princes Saoudiens qui venaient là pour s’encanailler. Ils étaient entourés par une cour leur offrant toutes sortes de choses à acheter ou d’affaires dans lesquelles investir.

Ces Princes étaient surpris que ni Mohamed ni moi ne leur demandent de l’argent pour quoi que ce soit. Un jour, j’ai demandé à Mohamed pourquoi il ne voulait pas faire d’affaire avec eux. Il me répondit: “Simplement parce que je sais comment faire fortune sans effort et légalement, bien sûr. J’ai déjà fait un plan.”

Sur le moment, j’ai pensé qu’il se montrait juste arrogant pour frimer.

Environ six semaines plus tard, Mohamed arriva au volant d’une magnifique Bentley. Je lui demandai si ces parents la lui avaient offerte. Il sourit en s’allumant un cigare et secoua la tête. “Non Marc! J’ai juste appliqué mon plan et gagné sans effort 21 millions de Dollars.”

Je ne pouvais le croire et lui demandai: “Ton plan est-il vraiment 100% légal?”

“Bien sûr!” répondit-il en riant.

“Peux Tu me dire ton plan?” lui demandai-je. Il secoua à nouveau la tête pour m’exprimer une fin de non recevoir.

“Allez Mohamed, nous sommes amis! Donne-moi au moins un indice.”

“Okay… mon plan est entièrement basé sur la puissance de Un.” Il s’arrêta et continua: “Si d’ici dix ans tu n’as pas gagné au moins 100 millions, je te dirai mon plan.” Je ne pus en obtenir davantage de lui, si ce n’est qu’il payât beaucoup de tournées et de repas.

Avant de continuer à lire, essayez de vous imaginer son plan ou n’importe quel autre plan qui fonctionne.

Pas facile, hein!

Quinze ans plus tard, j’ai rencontré par hasard Mohamed à l’Hôtel Prince de Galles à Paris et lui ai rappelé sa promesse. Au cours d’un excellent dîner au restaurant de l’hôtel il m’exposa son plan.

Pendant longtemps un Prince avait couru après Mohamed pour créer une affaire avec lui ou pour investir dans un business qu’il développerait. Mohamed refusa jusqu’à un soir où il dit au Prince:

“Si vous voulez faire du business avec moi, venez demain à midi pile. Si vous arrivez une seule seconde en retard, nous ne ferons jamais d’affaire ensemble, quelle que soit votre excuse.” Le Prince aussi choqué qu’intrigué, accepta par curiosité.

Le jour suivant, Mohamed et le Prince se rencontrèrent dans une chambre du Hilton. Il n’y avait rien sur la table de la chambre à part un téléphone.

Mohamed interrogea le Prince: “Connaissez-vous Un homme très puissant dans votre pays ?”

Le Prince sourit et répliqua: “J’en connais beaucoup évidemment.”

Mohamed secoua sa tête. “Ce n’est pas ce que je vous ai demandé, Votre Altesse. Connaissez-vous Un homme très puissant que vous pourriez appeler maintenant et avec lequel vous pourriez obtenir Un rendez-vous de 15 minutes, sans lui en indiquer le motif?”

Le Prince était de plus en plus surpris et intrigué: “Que voulez-vous demander à cet homme puissant, Mohamed?”

“J’aimerais juste lui demander Un seul appel téléphonique, Votre Altesse.” Le Prince voulait des détails mais Mohamed refusa. Il se contenta de promettre au Prince de ne pas demander d’argent à l’homme puissant. Le Prince appela un politicien de premier plan dans son pays et sollicita un rendez-vous de 15 minutes.

Mohamed et le Prince prirent un vol cinq jours plus tard pour rencontrer le politicien. Le Prince mourait d’impatience d’entendre ce que Mohamed avait à dire:

“J’aimerais m’associer avec le Prince et vous, Monsieur. La facture d’une multinationale qui construisit un port pour votre pays est toujours impayée. J’ai négocié un accord avec cette société: si nous pouvons faire que cette facture soit payée avant la fin de l’année, nous obtiendrons une commission de recouvrement de 30%. Je vous propose de la diviser en trois parts égales.”

Le politicien fit Un appel téléphonique à une société nationale devant Mohamed et le Prince. Trois mois plus tard, la facture fut payée.

“A combien se montait la facture ?” m’enquis-je.

“Deux cent dix millions de dollars américains.”  sourit Mohamed.

“Comment as-tu su pour la facture et comment as-tu convaincu la multinational de te confier le mandat ?” insistai-je.

“J’ai envoyé une letter de prospection et une documentation de ma société aux 100 plus grandes multinationales de France en leur disant que ma société était spécialisée en recouvrement de dette gouvernementale.”

“Comment y as-tu pensé?” m’enquis-je.

“J’ai lu un article dans un journal qui disait: malheureusement il n’existe que peu de moyens de forcer un gouvernement à payer de l’extérieur. Cela m’a fait penser que la seule façon était de les convaincre de l’intérieur…”

J’ai vérifié le tirage du journal lorsque Mohamed l’a lu: plus d’un million d’exemplaires 1,000,000.

Cela représente 1,500,000 lecteurs! Pourtant seul Mohamed y pensa!

Combien d’êtres humains ont lance un caillou dans l’eau et regardé les ondes ainsi créées ?

Pourtant seulement deux ont pensé au fait que les ondes étaient aussi dans l’air au-dessus de l’eau: Leonardo da Vinci et Heinrich Hertz.

C’est ça le Génie!